Loading
Les Éditions du CREDIJ 
Ajouter à la liste de souhaits

Introduction à la théorie générale de la justice et du procès, 2022,

20,000.00CFA

Pour être générale, toute théorie a pour objet les phénomènes juridiques dans leur complétude et ambitionne saisir la réalité dans sa totalité. Même si, dans l’absolu, aucune théorie n’est idéalement et parfaitement générale, l’effort d’abstraction permet d’échapper aux frontières culturelles, pédagogiques voire académiques. Aussi, dans une perspective horizontale, la théorie générale du procès échappe-t-elle au rapport droit privé et droit public, droit national et droit international, droit moderne et droit traditionnel. Tout au plus, l’analyse conduira à réaffirmer l’universalité de la présence du droit et de l’aspiration à la justice qui en est la fin. Mais dans une perspective verticale, l’incursion dans les méandres de la profondeur ou la prise de hauteur dans l’étude du procès offrira de solliciter les concepts et les valeurs, les fins et les modèles et de s’interroger sur l’organisation du procès par le droit. Dans l’une ou l’autre hypothèse, il est nécessaire de s’interroger sur les fonctions et les conditions du procès.

Usually dispatched in 2 to 3 days
Usually dispatched in 2 to 3 days
Category:
Tags: ,

DJOGBENOU, Introduction à la théorie générale de la justice et du procès, 2022, 122 pages

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Introduction à la théorie générale de la justice et du procès, 2022,”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quick Comparison

SettingsIntroduction à la théorie générale de la justice et du procès, 2022, removeLE DROIT, LES DROITS NOUVELLES PERSPECTIVES THEORIQUES DU DROIT remove Introduction à l’étude du droit. Perspectives africaines removeAutour de la famille et de la terre : Perspectives africaines du droit Mélanges en l'honneur du Professeur Ahonagnon Noël GBAGUIDI Tome 2 removeSESSION DE FORMATION SUR L’ACTE UNIFORME PORTANT ORGANISATION DES PROCEDURES SIMPLIFIEES DE RECOUVREMENT ET DES VOIES D’EXECUTION REVISE removeL’exécution forcée Droit OHADA, 2e édition, 2011, remove
NameIntroduction à la théorie générale de la justice et du procès, 2022, removeLE DROIT, LES DROITS NOUVELLES PERSPECTIVES THEORIQUES DU DROIT remove Introduction à l’étude du droit. Perspectives africaines removeAutour de la famille et de la terre : Perspectives africaines du droit Mélanges en l'honneur du Professeur Ahonagnon Noël GBAGUIDI Tome 2 removeSESSION DE FORMATION SUR L’ACTE UNIFORME PORTANT ORGANISATION DES PROCEDURES SIMPLIFIEES DE RECOUVREMENT ET DES VOIES D’EXECUTION REVISE removeL’exécution forcée Droit OHADA, 2e édition, 2011, remove
Image
SKU
Rating
Price20,000.00CFA8,500.00CFA5,000.00CFA30,000.00CFA650,000.00CFA
Stock

Rupture de stock

Rupture de stock

AvailabilityRupture de stockRupture de stock
Add to cart

Ajouter au panierVoir le panier

Ajouter au panierVoir le panier

Rupture de stock

Rupture de stock

Ajouter au panierVoir le panier

Ajouter au panierVoir le panier

Rupture de stock

Rupture de stock

DescriptionDJOGBENOU, Introduction à la théorie générale de la justice et du procès, 2022, 122 pagesIntroduction à l’étude du droit. Perspectives africaines, 2012, 397 pagesRédigés en hommage à un juriste dont les travaux scientifiques ont marqué son époque, les Mélanges sont l'occasion de proposer des articles inédits portant sur les fondements et l'actualité de cette discipline. Le professeur
Noël Ahonagnon GBAGUIDI,
Agrégé des Facultés de Droit, professeur à l’Université d’Abomey-Calavi a largement contribué à la doctrine relative au droit judiciaire privé, au droit de la famille et au droit foncier.
Formateurs - Equipe Les formateurs et intervenants sont des experts en droit des procédures de recouvrement, rédacteurs du projet d'acte uniforme, professeurs de droit et/ou praticiens ayant une riche expérience de la formation et du recouvrement de créances. Professeur Ndiaw DIOUF. Agrégé des facultés de droit, professeur émérite à l'Université Cheikh Anta DIOP de Dakar, il est l'un des rédacteurs du projet d'acte uniforme portant organisation des procédures simplifiées de recouvrement et des voies d'exécution adopté. Professeur Joseph DJOGBENOU. Agrégé des facultés de droit, professeur à l'Université d'Abomey-Calavi, directeur du Centre de recherches et d'études en droit et institutions judiciaires en Afrique, avocat au Barreau du Bénin. Professeur Yaya BODIAN. Agrégé des facultés de droit, professeur à l'Université Cheikh Anta DIOP de Dakar, il est l'un des co-rédacteurs du projet d'acte uniforme portant organisation des procédures simplifiées de recouvrement et des voies d'exécution adopté. Maître Olga ANASSIDÉ. Avocate au Barreau du Bénin (SCPA D2A), conseil de banques et établissements financiers, praticien du recouvrement de créances bancaires. Maître Nicolin ASSOGBA. Avocat au Barreau du Bénin (SCPA D2A), conseil de banques et établissements financiers, praticien du recouvrement de créances bancaires Budget et Financement La formation est assurée pour un coût de F CFA SIX CENT CINQUANTE MILLE (650 000) par participant.   Des remises exceptionnelles peuvent être concédées pour une même entreprise ou organisation inscrivant plus de deux personnes. Le coût de la formation comprend l'accès à la salle de la formation pour toute sa durée, le kit du participant, les pauses-cafés et déjeuner, ainsi que la délivrance d'une attestation de formation.   Tous autres frais, notamment le transport, l'hébergement et les autres frais d'entretien seront à la cha rge de chaque participant ou de son organisation de provenance.   Les inscriptions seront reçues au plus tard le 20 décembre 2023 aux adresses ci-après. Toute information complémentaire pourra également y être obtenue. Service formations CREDIJ - D2A SCPA Adresse : Lot 957 Sikècodji Cotonou Immeuble Fifamin Téléphone : OO 229 64 22 22 75 Courriel : formations@leseditionsducredij.org formations@scpad2a.orgDJOGBENOU, L’exécution forcée Droit OHADA, 2e édition, 2011, 338 pages
ContentPour être générale, toute théorie a pour objet les phénomènes juridiques dans leur complétude et ambitionne saisir la réalité dans sa totalité. Même si, dans l'absolu, aucune théorie n'est idéalement et parfaitement générale, l'effort d'abstraction permet d'échapper aux frontières culturelles, pédagogiques voire académiques. Aussi, dans une perspective horizontale, la théorie générale du procès échappe-t-elle au rapport droit privé et droit public, droit national et droit international, droit moderne et droit traditionnel. Tout au plus, l'analyse conduira à réaffirmer l'universalité de la présence du droit et de l'aspiration à la justice qui en est la fin. Mais dans une perspective verticale, l'incursion dans les méandres de la profondeur ou la prise de hauteur dans l'étude du procès offrira de solliciter les concepts et les valeurs, les fins et les modèles et de s'interroger sur l'organisation du procès par le droit. Dans l'une ou l'autre hypothèse, il est nécessaire de s'interroger sur les fonctions et les conditions du procès.<<...la connaissance du Droit ne peut échapper au saisissement de l'unité juridique tout autant que de sa diversité ainsi que de sa totalité; des spécificités et des généralités, des principes qui éclairent les phénomènes, des éléments qui construisent le système, c'est ce qui justifie que toute approche du droit ne peut s'extraire de la théorie, ou que la théorie éclaire nécessairement la connaissance juridique... >>L'enseignement du droit en Afrique ne diffère guère substantiellement quant aux concepts primordiaux, de celui dispensé ailleurs : Le droit objectif fixe la règle de droit, les droits subjectifs permettent son appro-priation. Les sujets de droit sont les personnes, physiques ou morales, qui ont à leur disposition les biens dont le contenu est en constante évolution. Mais le contexte africain, avec les acquis et les charges historiques; les impacts sociologique, culturels et, pour certains, cultuels ; les efforts continu de communautarisation; imposent qu'il soit mu au gré de ces perspectives identitaires. C'est, sans aucune retenue, le défi de cette contribution à l'endroit surtout des étudiants en licence et en master. Elle introduit l'étudiant à la connaissance du droit, au travers des concepts et de l'évolution. Elle fixe ensuite les catégories du droit, notamment au moyen des distinctions classiques entre le Droit objectif et les droits sub-jectifs; situe les sujets du droit ainsi que les biens. Dans le sillage des Anciens, les auteurs proposent d'ouvrir de nouvelles fenêtres, sur l'Afrique et le Monde ; sur le droit, l'être humain et les sociétés. Dorothé Cossi SOSSA est agrégé des facultés de droit. Plusieurs fois ministre, il est professeur titulaire et Doyen honoraire à la Faculté de droit et de sciences politiques de l'Université d'Abomey-Calavi. Ancien Avocat au Barreau du Bénin, il est le Secrétaire permanent en exercice de l'OHADA. Joseph DJOGBENOU est agrégé des facultés de droit et Avocat au Barreau du Bénin. Maître de conférences à la Faculté de droit et de sciences politiques de l'Université d'Abomey-Calavi, il est le directeur du CREDIJ.Contexte et objectifs De tous les actes uniformes de I’OHADA, celui qui constitue « le pas le plus important dans la voie de l’harmonisation, voire de l’uniformisation du droit dans les États signataires du traité » et qui a été le plus éprouvé, en tenant compte seulement de l’importance des décisions de la Cour Commune de Justice et d’Arbitrage (CCJA) qui s’y réfèrent, a été l’un des plus lents à faire l’objet d’une première révision. Il s’agit en effet de l’acte uniforme portant organisation des procédures simplifiées de recouvrement et les voies d’exécution. Les procédures simplifiées de recouvrement sont des mécanismes permettant aux créanciers de recouvrer leurs créances de manière plus rapide et efficace, tout en préservant les droits des débiteurs. Ces procédures sont conçues pour simplifier les démarches nécessaires à l’obtention du paiement des dettes. Les voies d’exécution, quant à elles, constituent les étapes et les méthodes légales permettant de conserver les droits des créanciers ou d’effectuer la saisie des biens du débiteur et leur vente en vue de la satisfaction du créancier. Cela inclut les mesures conservatoires, ainsi que les saisies afin d’exécution de biens mobiliers ou immobiliers, la vente aux enchères, ou d’autres mesures pour garantir l’exécution des décisions de justice en faveur du créancier. Régies jusqu’à présent par l’acte uniforme du 10 avril 1998, les procédures simplifiées de recouvrement et les voies d’exécution ont été au cœur de nombreuses décisions de la Cour Commune de Justice et d’Arbitrage (CCJA) qui ont souligné leur importance et affiné leur interprétation au fil des années. Cependant, en dépit des nombreuses décisions rendues, certaines questions ont continué à susciter des débats et d’interminables contentieux devant les juridictions nationales et la CCJA. Dans ces circonstances, alors que l’acte uniforme a pour objectif d’établir un cadre précis pour assurer la fiabilité et la sécurité juridique dans le cadre du recouvrement des créances, et donc de favoriser l’environnement des affaires, il était devenu nécessaire de le réviser. Le 17 octobre 2023, le Conseil des ministres de I’OHADA a finalement répondu aux attentes des acteurs économiques en dotant les États Parties d’une législation actualisée dans ce domaine, qui est un critère essentiel pour évaluer la qualité des systèmes judiciaires. A travers le nouvel acte uniforme portant organisation des procédures simplifiées de recouvrement et des voies d’exécution, c’est également une réforme du droit de l’exécution forcée à laquelle chaque État membre de l’espace OHADA assiste. Au plan formel, le domaine de l’acte uniforme est mieux précisé, avec des concepts définis dans un glossaire, certains modifiés ou actualisés pour tenir compte des difficultés révélées par la pratique ou de l’évolution des moyens de communication. Les aspects procéduraux du droit de l’exécution forcée sont clarifiés. Sur le fond, de nouvelles mesures conservatoires et d’exécution sont instituées, tandis que le régime de celles qui existaient déjà est précisé à certains endroits, complété ou modifié au besoin. Conformément au Traité OHADA, 90 jours après son adoption, l’acte uniforme entrera en vigueur. Il est donc essentiel que chaque acteur se prépare et s’approprie les nouveaux outils du recouvrement des créances. La formation proposée vise donc à permettre aux juristes des banques et établissements financiers, aux huissiers, commissaires-priseurs, avocats, notaires et autres professionnels impliqués dans la mise en œuvre des procédures simplifiées de recouvrement et des voies d’exécution de s’imprégner du contenu et des innovations ainsi que des effets aux plans procédural, professionnel et pratique du nouvel acte uniforme en vue de se préparer à utiliser les nouveaux outils de travail qui en résultent. Plaquette FormationDJOGBENOU, L’exécution forcée Droit OHADA, 2e édition, 2011, 338 pages
WeightNDNDNDNDNDND
DimensionsNDNDNDNDNDND
Additional information
Select the fields to be shown. Others will be hidden. Drag and drop to rearrange the order.
  • Image
  • SKU
  • Rating
  • Price
  • Stock
  • Availability
  • Add to cart
  • Description
  • Content
  • Weight
  • Dimensions
  • Additional information
  • Attributes
  • Custom attributes
  • Custom fields
Click outside to hide the comparison bar
Compare
    0
    Votre panier
    Votre panier est videRetour à la boutique
    ×